L’Estéron : de sa source à la Clave

labellisés en octobre 2018

« Le poumon bleu de la Côte d’Azur »

L’Estéron est une rivière de 66,7 km de long (120 km avec les affluents) située majoritairement dans les Alpes-Maritimes (06), au sud-est de la Région Provence – Alpes – Côte d’Azur. Elle représente le second affluent du fleuve Var (en rive droite) après la Tinée.

cliquez sur l’image pour agrandir

La rivière prend sa source dans les plaines de moyennes montagnes de Soleilhas (à 1600 m), à l’est de la Crête du Teillon (1893 m), dans le département des Alpes-de-Haute-Provence (Parc naturel régional du Verdon). Elle s’engouffre alors dans l’impressionnante clue de Saint-Auban aux parois vertigineuses, pour rejoindre rapidement de nombreux ruisseaux dont le Saint-Pierre. Entre clues et gorges, le cours d’eau divague parmi des paysages karstiques atypiques et les villages perchés, passant des plaines agricoles au pied des falaises des Mujouls, d’Aiglun et de Sigale pour continuer sa course sous le Pont de France, bordée par les deux villages marquant la frontière historique : Roquestéron en rive gauche et La Roque en Provence en rive droite. Elle poursuit son cours en creusant la vallée calcaire du côté de Pierrefeu et des Ferres, puis après un long chemin sinueux et encaissé, la rivière débouche non loin du Pont de la Cerise, près de Gilette et du Bec de l’Estéron. La confluence avec le Var, grand fleuve côtier, se trouve sur la commune du Broc (106 m d’altitude), près du lac du même nom.

Le bassin versant de l’Estéron regroupe 32 communes au total, dont 27 se situent dans le Parc naturel régional des Préalpes d’Azur où il intersecte 4 intercommunalités, et s’étend sur une superficie de 451 km². Il est alimenté par 41 affluents dont les principaux sont, par ordre d’importance : le Bouyon, la Gironde, le Riolan, les deux Riou de Cuébris et Pierrefeu, le Rieu, le Latti, le Moul et le Vallon de Végay. La plupart des affluents importants descendent de l’axe Gourdan-Vial séparant le bassin de l’Estéron de celui du Var au nord, et sont donc situés en rive gauche. Ils ont souvent un profil très pentu, interrompu par de nombreuses petites cascades correspondant à autant de couches calcaires redressées à la verticale.

Le régime hydrologique du cours d’eau est de type méridional uniquement pluvial, soit principalement alimenté par les pluies. Il est donc caractérisé par une seule alternance annuelle de hautes (principalement en automne-hiver) et de basses eaux (principalement en été) très marquée.

L’Estéron c’est avant tout une histoire commune et une identité multiple, une rivière qui fût prétexte pour matérialiser la frontière entre les Royaumes de France et de Sardaigne, entre les Comtés de Provence et de Nice lors du 1er traité de Turi. Seule rivière d’importance des Alpes-Maritimes non équipée d’un barrage hydro-électrique, avec son cours libre, son eau cristalline et ses paysages préservés, l’Estéron apparaît aux yeux de tous comme une rivière exceptionnelle à préserver.

Retour sur la démarche

La démarche de labellisation “Site Rivières Sauvages” s’inscrit à la suite d’un travail de concertation réalisé par le Conseil de développement du PNR des Préalpes d’Azur en 2015-2016 pour réaliser un premier état des lieux, plutôt qualitatif, de la vallée de l’Estéron. L’objectif était de mobiliser les habitants, élus et acteurs locaux autour de la connaissance et de la préservation de l’Estéron.

Ce premier travail a permis de définir plusieurs enjeux globaux et de proposer des pistes d’actions potentielles pour y répondre. Parmi ces actions, le comité de suivi multi-partenarial de l’action a identifié le label « Site Rivières Sauvages » comme pouvant permettre :

  • Une meilleure connaissance des richesses patrimoniales de la vallée de l’Estéron ;
  • Une meilleure appropriation des enjeux relatifs à la rivière ;
  • De réaliser des actions de préservation, valorisation et de suivi autour des enjeux identifiés ;
  • De définir une gouvernance partagée sur tout le bassin versant.

Objectifs de la labellisation

Le label “Site Rivières Sauvages” est en premier lieu une reconnaissance pour les rivières à très forte valeur patrimoniale. L’obtention de ce label peut être perçue comme une récompense ou une mise en avant des acteurs du territoire, pour la gestion exemplaire de la rivière.

L’objectif est d’apporter aux gestionnaires des milieux aquatiques un outil adapté aux enjeux du territoire, pour contribuer à la protection et à la conservation des rivières qui présentent un bon fonctionnement morpho-écologique.

En outre, le bassin versant labellisé intègre un réseau, au sein duquel il trouvera le soutien technique, les conseils, les retours d’expériences ou l’accompagnement nécessaire pour protéger et préserver ses milieux remarquables.

L’Estéron très sauvage

L’ensemble des critères de la grille d’évaluation ont été étudiés. L’Estéron se démarque même parmi les rivières les plus préservées, de par sa très bonne qualité environnementale, ainsi que par la longueur du tronçon labellisé (64 km). De manière générale, la qualité morpho-écologique, physico-chimique et la biodiversité endémique du tronçon sont exceptionnelles :

  • Une très faible proportion de berges stabilisées : 1,2 % du linéaire (soit 1490 m sur 128 km de rives) ;
  • Une très faible proportion de berges endiguées : 0,4% du linéaire (soit 252 m sur 128 km de rives) ;
  • Un transit sédimentaire relativement peu perturbé : aucune structure artificielle ne présente a priori d’impacts sur le transit sédimentaire ;
  • Les quelques obstacles potentiels à la continuité écologique permettent de définir un niveau d’impact faible à très faible ;
  • Très peu de prélèvements sont effectués en eaux superficielles sur le cours principal de l’Estéron ;
  • Aucun ouvrage écrêteur de crue, ni aucune dérivation n’ont été recensés ;
  • D’après les différents indicateurs, la qualité de l’eau peut être considérée comme bonne à très bonne ;

La présence de plusieurs espèces endémiques et/ou patrimoniales (Anguille européenne, Blageon ou Barbeau méridional, entre autres) témoigne de la bonne gestion halieutique et de la qualité environnementale générale du bassin versant.

Le film

Produit par le Conseil de développement du Parc naturel régional des Préalpes d’Azur et réalisé par Pierre Valet – 2017.

 

Le programme d’actions

La labellisation de l’Estéron sur presque tout son cours (64 km sur les 67 km de rivière), est assortie de la mise en œuvre d’un programme d’actions sur 5 années (de 2018 à 2023).

Le principal objectif du programme d’actions est la conservation du bon état de cette rivière exceptionnelle. Il doit répondre aux différents enjeux mis en évidence dans le diagnostic et proposer des actions, soit pour valoriser les richesses locales, soit pour éviter, réduire voire supprimer les impacts des différents éléments perturbateurs de la naturalité du cours d’eau.

Le programme d’action de l’Estéron concerne tout son bassin versant et prévoit notamment de :

  • Favoriser et valoriser l’itinérance douce dans la vallée comme support de découverte touristique et levier de développement pour les communes ;
  • Valoriser les différents patrimoines de la vallée de manière cohérente et concertée ;
  • Améliorer les connaissances en termes de biodiversité, de ressource en eau et des éventuels impacts liés au cours d’eau (prélèvements, activités d’eau vive, etc.) ;
  • Suivre l’évolution de la qualité de l’eau et des changements climatiques ;
  • Assurer une gouvernance qui permette l’échange entre tous les acteurs concernés : à cette fin la candidature pour la labellisation a été l’occasion de clarifier les lignes de partage entre le SMIAGE Maralpin (Syndicat Mixte Inondations Aménagement et Gestion de l’Eau), et le Parc naturel régional des Préalpes d’Azur, à l’interface de 4 intercommunalités, dans l’exercice ou le transfert de leurs compétences liées aux milieux aquatiques, à l’eau potable et à l’assainissement, en lien avec un développement économique local durable dans le respect de la Charte du Parc.

Photos : G. Germain, Julien Albert, Parc naturel régional des Préalpes d’Azur.