Les Parcs Nationaux, Asters et Rivières Sauvages attentifs aux réseaux hydrographiques des têtes de bassin.

Pour la deuxième année consécutive, les rivières des têtes de bassin dans les Alpes et plus particulièrement dans les territoires des Parcs Nationaux font l’objet d’un diagnostic. Dans le cadre d’un travail initié par l’Association du Réseau des Rivières Sauvages (ARRS) en 2020, financé en partie par l’OFB, il s’agit de vérifier l’éligibilité au Label “Site Rivières Sauvages” de certaines rivières encore très préservées et pour certaines menacées par des changement globaux et/ou des projets d'”aménagements non durables”. Notre dernière visite en juillet dans le Mercantour a été l’occasion de découvrir un torrent magnifique. Ce travail d’investigation, les visites de terrain et les échanges avec les gestionnaires de ces sites naturels ont fait naître un projet collectif : initié, définir, et créer un réseau de suivi et de surveillance des torrents et rivières des têtes de bassin encore non impactées à l’échelle des Alpes et aussi des autres massifs français. En effet, la préservation des cours d’eau des têtes de bassin est un enjeu crucial pour garantir une qualité de ressource en eau pour ces territoires ruraux, agricoles et qui sont des lieux de prédilections pour le tourisme. Ce projet s’inscrit aussi dans le cadre d’une convention de partenariat entre Asters (le Conservatoire d’Espaces Naturels de Haute-Savoie) et l’ARRS pour les deux prochaines années. Un comité de pilotage sera constitué en automne afin de co-construire ce projet qui sera présenté au Conseil Scientifique de Rivières Sauvages.

Plus d’infos : > Lire l’article Diagnostic Rivières Sauvages : des résultats prometteurs dans les Parcs Nationaux

Photos : ARRS