Des microcentrales hydroélectriques sur les ultimes rivières sauvages dans les Parcs Nationaux et Naturels régionaux : un choix judicieux ?

Le 8 septembre 2017 a eu lieu a Grenoble, à la maison de l’Environnement de l’Isère, une conférence de presse organisée par la FRAPNA et ERN-Rivières Sauvages sur l’hydroélectricité en présence d’autres ONG comme Mountain Wilderness et les gestionnaires de 3 Rivières Sauvages menacées par des projets de barrages hydroélectriques. Ces cours d’eau d’une richesse incroyable font partie des ultimes et derniers joyaux en eau courante des Alpes, qui ont été massivement artificialisées par l’hydroélectricité depuis la fin du XIXe siècle.

Extrait du communiqué de presse : “Les ONG n’oublient pas la lutte contre les changements climatiques, devenus, en cette fin d’été caniculaire, une évidence palpable, […] mais ce ne sont pas quelques MW de microcentrales projetées sur des rivières joyaux, eu égard aux dizaines de milliers de MW à installer dans le cadre de la Transition énergétique, qui apporteront la solution.”

De nombreux journalistes étaient présents pour comprendre l’intérêt de préserver ces dernières rivières sauvages, rivières de référence et réservoirs de biodiversité.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Des microcentrales hydroélectriques sur les ultimes rivières sauvages dans les Parcs Nationaux et Naturels régionaux : un choix judicieux ?

PLAQUETTE

Les dernières Rivières Sauvages qui coulent dans les Parcs Nationaux et les Parcs Naturels Régionaux méritent mieux que de nouvelles microcentrales hydroélectriques !