Après quelques années de travail en concertation avec tous les acteurs du territoire, la rivière Valserine a enfin obtenu le 11 octobre 2014, à Chézery-Forens, le label tant attendu. Beaucoup de joie pour tous les participants, élus, gestionnaires, associations de pêcheurs, citoyens, institutions, en cette journée de fête qui récompense un travail collectif exemplaire de plusieurs années.

2014_labellisation_valserine 2014_labellisation_valserine

Le label a été remis au Parc naturel régional du Haut Jura, porteur de la démarche de labellisation. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de l’AFNOR Certification et du Fonds Rivières Sauvages, ainsi que de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse, la Région Rhône Alpes, le Conseil Général de l’Ain, la Fédération de pêche de l’Ain, le groupement des pêcheurs locaux (Valsemine), les élus locaux, enfants et habitants des communes. C’est avec l’implication de tous ces acteurs qu’il a été possible d’en arriver là.

Le certificat a été remis au Parc par l’AFNOR et l’ensemble des parties prenantes ont signé leur engagement dans la démarche. Les enfants ont reçu également avec beaucoup d’émotion ce don pour les générations futures, cadeau exceptionnel d’une rivière « sauvage » et préservée. Après une petite sortie sur la rivière, tout le monde s’est dirigé au Relais des Moines pour partager le pot de l’amitié.

C’est un grand honneur pour la Valserine, renommée pour sa grande qualité, que d’obtenir le label « Site Rivières Sauvages » ce qui la classe au rang de première rivière sauvage de France et donc rivière pilote au niveau national ! 46 kilomètres de cours d’eau ont été labellisés sur les 47,5, c’est-à-dire des sources jusqu’aux pertes.

Le niveau 2 du label a été obtenu sur 3, ce qui est excellent mais pas parfait. Quelques point noirs subsistent encore et feront l’objet d’un programme d’action de 2014 à 2018 pour tendre vers une rivière encore plus sauvage.

Ainsi il est prévu de gommer ou d’équiper quelques petits ouvrages sur le bassin versant, de suivre les populations de poissons et autres espèces, de remédier aux pollutions ponctuelles, de lutter contre la destruction des zones humides par enrésinement, de communiquer sur cette rivière d’exception à travers un programme ambitieux. Ce programme d’action permettra de travailler à l’échelle du bassin versant afin, à terme, d’agrandir la zone labellisée et de s’occuper des affluents. Il servira certainement de modèle aux futurs candidats.